Enfin… la rencontre !


Note

Cet article a été publié il y a plus de 10 mois. Les informations qu'il vous propose ne sont peut-être plus à jour.

Ce samedi 27 janvier restera gravé dans la mémoire de nos foyers témoins… La rencontre tant attendue, reportée d’une semaine en raison du passage de Berguitta, a enfin eu lieu pour le plus grand plaisir des familles et surtout des marmailles !

Rappelez-vous… Le 22 novembre 2017, nous vous faisions une bien curieuse proposition ! Et vous avez été plus de 120 à répondre à notre appel à candidature pour expérimenter en qualité de « foyers témoins » la réduction des déchets avec les poules. Objectif : diminuer significativement la production moyenne évaluée à 80 kg/an pour un habitant du territoire de la côte Ouest…

Après une sélection selon les critères définis par le règlement, nous avons réuni la vingtaine de lauréats lors d’une réunion d’information collective le 6 janvier dernier au siège du TCO.

Et c’est dans les locaux de l’association Éco Manifestation Réunion qu’a été organisée ce samedi la rencontre entre les foyers témoins et leurs nouvelles invitées : deux poules pondeuses avec pour mission de réduire les déchets organiques. Un moyen naturel de recycler, alternatif au compostage… Ce sera l’aventure que vivront pendant plusieurs mois, et peut-être pour très longtemps, 18 familles venant de part et d’autre du territoire de la côte Ouest, et 1 école de la Saline les Hauts (élémentaire Aliette Hortense).

Les poulaillers en kit, fabriqués à partir de bois de palette recyclées, ont été livrés cette semaine chez les participants. Une fois l’enclos bien installé par les candidats, les petites cabanes n’attendaient plus que leurs pensionnaires ! C’est chose faite à partir d’aujourd’hui. Comme en témoignent l’enthousiasme, la motivation des familles et surtout les yeux pétillants des marmailles, l’aventure s’annonce enrichissante… Et toutes les générations comptent bien mettre la main à la « patte » !

« On est impatients et très contents ! »… Paroles de participants

► Didier, son épouse et leurs deux filles venus de la Plaine Saint-Paul


Nous avons souhaité participer à cette opération parce que d’une part, il me semblait que les poules étaient très efficaces pour éviter le gaspillage, surtout des déchets végétaux. Lorsqu’on a des herbes coupées par exemple, ça permet d’éliminer un peu plus sainement les déchets végétaux. Et puis mes grands-parents avant avaient des poules… Et éducativement pour mes enfants, je trouvais que c’était intéressant aussi.

► Emmanuelle, venue avec ses deux enfants…


On participe à cette opération, d’abord parce qu’on voulait avoir des poules depuis un petit moment et puis quand on a vu l’appel à candidature, on s’est dit que c’était l’occasion de pouvoir démarrer notre projet… Pendant l’expérimentation, ça va être simple parce que j’ai des enfants qui aiment beaucoup les animaux donc ils vont aller leur donner à manger. Chez nous il y a beaucoup de déchets issus de fruits et légumes parce qu’ils adorent ça. Du coup pour eux, ce sera vraiment un jeu plus qu’une contrainte d’aller nourrir leurs poules tous les jours.

… et son père Patrick, de retour dans son île natale après 40 passés dans l’Hexagone
Les gens de ma génération, on a grandi dedans… Avant tout le monde avait plus ou moins des poules. Moi j’habitais dans les Hauts de Saint-Denis et on faisait un peu d’élevage, comme toutes les familles autrefois. Maintenant, c’est un peu plus compliqué parce que les familles habitent un peu plus « dans le béton » comme à Saint-Denis ou à Saint-Paul. Et là, c’est bien, on retrouve un peu dans les villes les « petits élevages familiaux » comme dans le temps quand on avait nos poules, nos petites salades, notre jardinage, etc. Là je m’aperçois au bout de quarante ans après, que ça revient d’actualité. Notre vie ancienne revient un peu « en nouveauté » en 2018. J’ai trouvé personnellement intéressant que ma fille m’annonce qu’elle participe à cette opération et qu’elle revienne un peu à la nature.

► Adélaïde de la Plaine Saint-Paul venue avec ses deux enfants


Avant l’appel à candidature du TCO, avec mon mari on y avait déjà pensé… mais il fallait franchir le pas et s’occuper de pas mal de choses. Là, en participant à ce projet nous pouvons bénéficier d’un poulailler tout fait – même si c’est à notre charge de construire l’enclos – et les poules nous sont offertes gracieusement, donc c’est plus simple ! En contrepartie, il faut quand même réaliser la pesée dès qu’on a des épluchures à donner. Il y a quand même une contrainte, mais c’est normal… On a hâte, on a déjà trouvé les noms des poules, plutôt marrants : « Ema » (poule) et « Need » (poule) ! 😉

Nous nous sommes lancés dans cette démarche d’adoption de poules, principalement pour la réduction de nos déchets. Ayant deux enfants en bas-âge (une fille de 2 ans et 2 mois, un garçon de 7 mois), je fais beaucoup de petits pots et on achète plein de fruits et plein de légumes. Je jette tout à la poubelle et ce n’est pas très écologique quand on y pense… alors que toutes les épluchures peuvent être mangées par les poules. En plus, avoir des poules permet d’avoir des œufs bio. Parce que si on leur donne de la bonne nourriture, les poules font des bons œufs à manger. C’est un effet « deux en un » !

► Richelène et sa fille Mathilde (12 ans), participantes complices du Plate Saint-Leu

On connaît les poules car il y en a chez Mamie… On participe à cette opération pour en faire aussi l’expérience. La chargée des poules, ce sera ma fille ! Elle a déjà choisi l’endroit. C’est Papa qui est en train de fabriquer le petit parc et le parcours. On a aussi regardé sur Internet car on a un peu « perdu la main ». Avant c’étaient nos parents qui faisaient et aujourd’hui on ne sait plus faire. C’est pourquoi ça nous intéresse de reprendre cette tradition ou de refaire tout ce qui est en rapport avec les poules.

En participant à cette expérimentation, mon but premier était vraiment de réduire les déchets ; Parce qu’on s’est rendu compte qu’on jetait pas mal de restes (de mangues, de riz, …). C’est vraiment dommage de jeter alors que là on pourra donner aux poules. Et les poules nous rendent aussi service en pondant des œufs !

Je dirais aux gens qu’il ne faut pas hésiter ! Parce que nous au début, on a beaucoup hésité… On a regardé sur Internet, on s’est posé plein de questions… Et tout compte fait, on s’est rendu compte que c’était tout simple ! Il faut juste y aller, le faire sans préjugés. On en avait beaucoup au départ sur les odeurs ou le bruit. Et finalement, pas du tout… Donc on est super contentes aujourd’hui de récupérer les poules, on était pressées !

► Matisse (7 ans) et sa maman Aurélie de Trois-Bassins

On est venus chercher nos poules… Enfin !!! Pour avoir de bons œufs frais, pour les manger…

Et pour participer aussi à l’opération « Réduire nos déchets ». C’est un grand jour pour nous !

Je vais appeler mes poules « Chouquette » (pour la poussine) et « Bella » (pour la poule). On va bien prendre soin d’elles… Le matin j’irai chercher des œufs frais, après je vais leur faire un p’tit coucou, je vais leur caresser la tête, je vais leur dire « bonjour les poupoules ! » et après je vais leur donner à manger (des graines et les restes de ce qu’on n’aura pas mangé cuits ou crus…des épluchures, des croûtes de fromage…).

Avec les œufs, on pourra faire de gâteaux, on pourra faire des œufs cuits et plein de recettes avec ces bons œufs de chez nous !

Ça me plait d’avoir des poules parce que je pourrai les caresser, prendre soin d’elles. On vous dit à très bientôt pour vous raconter notre expérience. On vous montrera peut-être même nos photos pour voir comment elles grandissent car on a un petit bébé parmi les deux poules récupérées aujourd’hui…

► Benoît, enseignant et référent du projet à l’école élémentaire Aliette Hortense à la Saline les Hauts


Avec de tels animaux dans une école, beaucoup de choses peuvent être faites… Ce projet nous intéresse parce que tout simplement avoir du vivant dans l’école, y’a rien de mieux ! Pour les enfants, ça leur permet d’observer la vie des animaux. Et puis on aura aussi du travail autour de l’alimentation. À la cantine, nous savons que nous avons beaucoup de déchets au sein d’une école. Donc ça nous permettra de pouvoir travailler à la réduction des déchets et même certainement d’éviter d’en produire ! Il y a beaucoup de choses possibles autour de ce projet. C’est de la pédagogie concrète et réaliste.

Encore d’autres rendez-vous à venir…


En route pour l’aventure avec leurs « Belles de Bourbon recycleuses » ! Les foyers témoins sont désormais en possession des informations, outils et matériels nécessaires pour mener à bien leur expérimentation.

De quoi savoir et faire ce qu’il faut pour prendre soin de ses poules et contribuer avec sérieux et entrain à l’opération Foyers témoins « Des poules pour réduire nos déchets » !


Rattrapage aujourd’hui pour Joe venu de Piton Saint-Leu, « chanceux d’avoir été repêché après le désistement d’un candidat ». Ce fut l’occasion pour Pauline et Franck de l’association Éco Manifestation Réunion de lui remettre son poulailler et de lui expliquer le montage du kit aussi facile qu’un jeu pour enfants !


Il est beaucoup question de gallinacées dans cette opération… mais cette aventure est avant tout humaine ! Elle se vit collectivement (en famille ou à l’école). Elle est surtout possible grâce aux forces vives de l’équipe projet qui pilotent, coordonnent et mènent l’opération sur le terrain.

Jacques du TCO (chargé de mission Prévention déchets à la direction Environnement) ainsi que Pauline, Tony et Franck membres actifs d’Éco Manifestation Réunion ont tout préparé pour faciliter l’expérimentation des participants. Ils rencontreront régulièrement les foyers témoins pour un accompagnement et un suivi au plus proche des participants.


Les candidats se sont engagés en signant une convention de participation et d’adoption des poules. Ils s’engagent surtout concrètement à renseigner régulièrement les fiches de pesée, afin que nous puissions recueillir des données objectives qui viendront nourrir notre bilan.

Dans les 15 jours qui viennent, notre partenaire associatif va reprendre contact avec chaque famille pour vérifier que tout se passe bien sur l’installation. Des échanges et rencontres auront ensuite lieu chaque mois jusqu’à fin mai, terme de l’expérimentation avec le TCO.

Ce sera alors l’heure du bilan pour les foyers témoins et pour notre collectivité, initiatrice de cette expérimentation sur le territoire. Rendez-vous donc prochainement…
Que l’aventure continue ! Et suscite l’intérêt de nombreux autres foyers… Pourquoi pas vous aussi ?

On partage avec vous le Guide pratique qui a été remis au foyers témoins.
Vous y retrouverez toutes les informations utiles et pratiques pour prendre soin de vos poules : bien les loger, bien les nourrir, bien les soigner… ainsi que des éléments pour tordre le cou aux idées reçues et répondre à vos interrogations les plus fréquentes.

À vous de jouer !


Vous avez apprecié cet article ? Partagez-le avec vos amis :


Cet article a été publié le , il y a 10 mois. Il est classé dans la rubrique Actualités du Territoire de la Côte Ouest et a été consulté 1 118 fois.
N'hésitez pas aussi à faire un tour sur Twitter, Flickr, Google+, YouTube ou encore Facebook pour d'autres news. Une information, une correction, un complément à ajouter ? Contactez-nous via notre formulaire dédié.

Application Mobile TCO Agglo

Lettre d’information

Restez au plus près de l’actualité du Territoire de la Côte Ouest.


Abonnement SMS

Recevez par SMS les informations importantes du TCO relevant de ses domaines de compétences