Guide pratique : Tout ce qu’il faut savoir pour bien prendre soin de vos poules


Réduire ses déchets organiques contre des œufs frais régulièrement. Voilà la promesse des poules.

Suite à notre opération menée avec 18 foyers témoins prêts à peser leurs déchets, nous avons pu estimer que les poules peuvent manger en moyenne 40kg de déchets organiques par an. Selon la taille des foyers, 2 à 5 poules feront l’affaire.

Halte aux idées reçues !!!

Lorsqu’on veut des poules, il faut savoir que …

  • Un poulailler ça ne sent pas mauvais ! Tant qu’on a prévu une « litière », c’est à dire une couche de déchets de jardins secs au sol (de la paille, des herbes sèches, des feuilles mortes).
  • Les poules ça ne fait pas de bruits ! Et oui. Ce sont les coqs qui ont valu cette réputation aux poulaillers. Les poules ne caquettent qu’à 2 moments : lorsqu’elles pondent et lorsqu’il y a un danger.
  • Les poules pondent des œufs, même sans un coq !

Une élue du TCO dispose de poules en rez-de-jardin dans un immeuble. Les poules ne dérangent pas les voisins, au contraire, ces derniers se font offrir des œufs de temps à autre…en revanche avoir des poules nécessite un minimum d’entretien et d’attention.

Un minimum d’entretien et d’attention

Il faut veiller à ne pas laisser trop souvent de nourriture au sol au risque d’attirer des rongeurs. Pour éviter cela, il suffit de nourrir les poules dans un récipient et vider ce dernier dans un composteur de temps à autre.

Le poulailler doit être nettoyé de temps en temps. C’est-à-dire qu’il faut évacuer la litière de déchets secs et la renouveler. Rem : Il n’y a pas de règles quant à la fréquence : certains le font tous les mois, d’autres rajoutent de la matière sèche au fur et à mesure et font un grand nettoyage tous les 6 mois !

Il faut veiller à bien demander les autorisations lorsque cela est nécessaire (lotissement, immeuble) et, par principe, prévenir vos voisins de votre futur projet.

Avantages et inconvénients avec les poules

Les poules de la maison nourries avec nos déchets organiques présentent plusieurs avantages :

  • Elles fournissent des œufs frais d’une saveur incomparable.
  • Elles réduisent les déchets de la poubelle bleue et les odeurs qui lui étaient associées
  • Elles mangent de tout (même de la viande…)
  • Elles sont les coqueluches des tout-petits qui prennent beaucoup de plaisir à aller récupérer les œufs et s’en occuper.
  • Elles permettent d’avoir une activité en famille et d’aller plus loin (un potager ?)
  • Leurs œufs vous donnent une monnaie d’échange ! 😉

Elles peuvent aussi présenter quelques inconvénients

  • Il faut trouver quelqu’un quand on part en vacances
  • Il faut s’occuper du poulailler de temps en temps
  • Certaines fois elles peuvent s’échapper…

Il arrive un moment (au moins 3 ans) à partir duquel la ponte décline voire s’arrête. Et alors, que faire de la poule ?

Les témoignages des participants à l’opération, néophytes en la matière, pourront vous aider à mieux envisager l’acquisition d’un poulailler.

Le poulailler idéal

Le poulailler idéal à notre sens est un poulailler dans lequel vous aurez installé :

  • Une litière épaisse (10 cm) avec des déchets secs de votre jardin (feuilles, tontes de gazon)
  • Un composteur pour y incorporer les aliments non consommés par les poules et les nettoyages de poulailler.
  • Un enclos assez haut pour éviter que les poules ne s’échappent et solide (si les chiens peuvent accéder aux poules) pour éviter des accidents de parcours…

Télécharger le guide !

Guide pratique : tout ce qu’il faut savoir pour bien prendre soin de vos poules !

Télécharger le guide