Application Baludik | Chemin “des Anglais”


Chemin Crémont dit chemin “des Anglais”

Album de La Réunion. Pont du chemin de fer sur la ravine des Lataniers, quartier la Possession. Vue prise de l’extrémité du pont débarcadère, à 2 heures / A. Roussin del. et lith.. – La Réunion : A. Roussin, 1881. – 1 est. : lithogr. ; 15 x 23,4 cm (im.), 23,5 x 29,7 cm (f.). Musée Léon Dierx / www.IHOI.org

Ce chemin tracé en 1730, est mis en service en 1732 pour relier Saint-Paul à Saint-Denis.

Pour le rendre praticable en toute saison, Honoré de Crémont, alors ordonnateur de l’île, le fait paver en pierres de basalte. Les travaux, démarrés en 1767, prennent fin en 1775.

Pendant les guerres napoléoniennes, les rivalités entre les Français et les Britanniques sont à leur apogée. Depuis août 1809, les Anglais attaquent l’île. Ils en prennent possession à l’issue de la bataille du 8 juillet 1810 : 3 000 soldats anglais empruntent le chemin pavé entre la Grande Chaloupe et le plateau de la Redoute pour prendre Saint-Denis à revers.

Ce chemin est inscrit monument historique depuis mars 2014.

Une randonnée à travers l’histoire

Ile de La Réunion. – Passagers entrant au Lazaret de la Grande-Chaloupe. Luda. 1905-1910. Collection privée J.-F. Hibon de Frohen (1947- ) / www.ihoi.org /N° d’inventaire : 15P1.LU1.70
La Réunion : vue aérienne de la Grande Chaloupe avec, au premier plan, l’ancien lazaret n 1. Jean Legros. 1955-1960. Fonds privé du photographe Jean Legros (1920-2004) / www.ihoi.org /N° d’inventaire : 5P1.2006.JL.PL-100

Le chemin Crémont est la première voie pavée à La Réunion. Il reste l’axe principal utilisé pour le transport des diligences et des marchandises jusqu’à la construction de la route de la Montagne vers 1850, suivie du chemin de fer en 1882, puis de la route en corniche en 1963.
Suite aux graves épidémies et avec l’arrivée massive d’engagés indiens notamment dans la seconde partie du XIXe siècle, l’île se dote d’un lazaret construit à la Grande Chaloupe. Tous les nouveaux arrivants y sont mis en quarantaine.

Quand la Pointe des Galets se détache de La Possession

Bassin du port de la pointe des Galets (Réunion) 1870-1880 / Charles Saunier. – 1 photogr. : n. et b. ; 13,2 x 21,2 cm (im.), 22,5 x 29,2 cm (f.). Archives Départementales de la Réunion/ www.ihoi.org / N° : 33FI1.25

Jusqu’alors quartier de Saint-Paul, la commune de La Possession est érigée en 1890. La Pointe des Galets passe sous l’administration de la nouvelle municipalité.

La construction du port démarrée en 1879, mobilise des milliers d’ouvriers appelés les « pionniers du désert ». Ils s’installent dans des cases ou paillotes de fortune à proximité des chantiers.

La création d’une nouvelle commune s’impose par le nombre conséquent d’habitants. La localité de la Pointe des Galets devient commune du Port le 22 avril 1895.

Un géant nommé Titan

Réunion. – Le Titan posant des blocs de 100 tonnes à la Jetée Sud du Port. Nancy : Impr. réunies de Nancy. 1905. Collection privé Jean-François Hibon de Frohen (1947- ) / www.ihoi.org / N° d’inventaire : 15P1.DU1.17

Réunion. – PORT Appareil de 300 tonnes, déplacé par un ras de marée (Juillet 1907) / Cliché O.D.M. – 9. – Nancy : Impr. réunies de Nancy, [1908]. – 1 impr. photoméc. (carte postale) : coul. ; 14 x 9 cm. – Timbre-poste français de 2c. en ht. à g. Fonds Privé Jean-françois Hibon de Frohen (1947-) / www.ihoi.org / N° d’inventaire : 15P1.DU1.9
Pour répondre aux impératifs économiques, logistiques et militaires qui pèsent sur le territoire à la fin du XIXe siècle, la Pointe des Galets est choisie pour accueillir le plus grand port de La Réunion.

Le site présente un avantage conséquent : l’enlèvement des roches et du sable pourront se faire sans l’intervention de grosses machines… jusqu’à ce que le chantier butte sur une barre de roche dure, large de 30 mètres !

La Compagnie du Chemin de Fer et Port de La Réunion (CFPR) se trouve contrainte à installer une énorme machine de 3 tonnes montée sur rails appelée « Titan ». Un nom bien évocateur de sa puissance de levage.

« Ravine à Malheur », une dénomination liée à un fait historique

Album de La Réunion. Le Manchy. Paysage des environs de Saint-Paul. Louis Antoine Roussin, 1882. Musée Léon Dierx / www.ihoi.org / N° d’inventaire : 1984.07.05.34

Jacques de La Heure, dit « La Hure », est le gouverneur de Bourbon de 1671 à 1674. Il est détesté de tous car connu pour être un grand tyran. En 1672, ses esclaves « porteurs de manchy » montent un complot : précipiter La Hure dans une des ravines lors d’un de ses passages sur ce chemin. Après dénonciation, la conspiration se retourne contre eux. D’où la dénomination de « Ravine à Malheur ».

La Réunion : route de La Montagne, côté Possession. 1950-1960. Fonds privé Jean Legros (1920-2004) / www.ihoi.org /N° d’inventaire : 5P1.2006.JL.PL-2140

 «Arrivé à l’endroit appelé plus tard la Ravine à Malheur, [le gouverneur] fit déposer son manchil, et déchargea son fidèle mousqueton sur ces hommes, en tua un, les autres prirent le chemin de la forêt, et courent encore» (Extrait de Causeries historiques sur l’île de La Réunion, Gilles-François Crestien, ouvrage édité en1881).

► Téléchargez l’application Baludik et activez-la à l’entrée du chemin “des Anglais”.

 

Recherche et rédaction : Geneviève Pothin – Docteure en muséologie, Attachée Principale de Conservation du Patrimoine, Chargée de mission Valorisation du Patrimoine au TCO


Découvrez d'autres Zooms : Application Baludik | Chemin “des Anglais” !


Vous avez apprecié cette publication ? Partagez-la avec vos amis :


Ce contenu a été publié le , il y a 2 semaines. et a été consulté 64 fois.
N'hésitez pas aussi à faire un tour sur Twitter, Flickr, Google+, YouTube ou encore Facebook pour d'autres news. Une information, une correction, un complément à ajouter ? Contactez-nous via notre formulaire dédié.