Zoom sur notre patrimoine | Chaud devant pour la chaux d’avant


Note

Cet article a été publié il y a plus de 4 mois. Les informations qu'il vous propose ne sont peut-être plus à jour.

L’industrie sucrière a encore du chemin à faire pour rivaliser avec la longévité de la chaux réunionnaise qui comptabilise plus de 300 ans de bons et loyaux services ! La chaux a façonné nos paysages, enfanté les premiers bâtiments administratifs coloniaux et les ponts, alimenté le chemin de fer réunionnais, nourri nos sols acides, désinfecté l’île lors des épidémies, sauvé l’industrie sucrière lors de l’embargo… Mais elle a aussi épuisé notre barrière corallienne et réduit drastiquement notre forêt primaire, ce qui l’a menée inexorablement à sa perte.

Sortie scolaire de Monsieur Lucas en 1967 au Four à chaux – © Laurent Lucas

À La Réunion, la culture de la canne à sucre rime avec patrimoine, comme nous le rappelle les slogans « La canne, nout patrimoine » ou encore « Ancré dans l’histoire de La Réunion – depuis 170 ans ». Et pourtant ! Lorsque l’industrie sucrière naît à partir de 1815 à La Réunion, la chaux a déjà 150 ans d’existence. La chaux est, sans conteste, l’industrie patrimoniale réunionnaise par excellence.

La chaux est fabriquée, tout simplement, à partir de la cuisson de calcaire ! Notre île volcanique en est naturellement dépourvue, sinon que dans les coraux des quelque 25 km de lagon de la côte Ouest. On comprend bien que les 300 ans de fabrication de chaux sur l’île ont sérieusement mis à mal nos ressources en coraux et en bois ! C’est la raison pour laquelle le préfet Vaudeville interdit la récolte du corail par arrêté du 9 juin 1969.

Sauf qu’en 1967, le jeune père de famille, Pierre Méralikan avait investi dans un tout nouveau broyeur électrique (il en avait un manuel jusque-là !) pour son four à chaux installé sur le littoral sud de Saint-Leu. Il négocie et obtient du Préfet la possibilité de continuer son activité uniquement avec les coraux ramassés sur les plages et avec les stocks des autres fours à chaux contraints de fermer. Des stocks conséquents manifestement puisqu’il arrêtera son activité en 1995 (!) avant même d’avoir épuisé son stock de corail.

Découvrez-en plus encore sur le four à chaux Pierre Méralikan à travers l’exposition permanente …

  • Présentation du four à chaux Pierre Méralikan
  • Le dernier des fours à chaux
  • La collecte des coraux
  • La gueule du four
  • Le four
  • Le défournement et étalage des coraux cuits
  • L’unité de broyage
  • La pesée et la livraison
  • La vie au four à chaux
  • Le chargement du sable
  • La production de calcaire broyé
  • Petite histoire de four à chaux à La Réunion
  • Les utilisations de la chaux
  • Chaux, corail et bois : histoires de déclin

Rendez-vous dans notre rubrique Patrimoine.

+ d’infos pour une visite guidée du site


Cet article vous a-t-il été utile ?

[Total : 3   Moyenne : 5/5]


Cet article a été publié le , il y a 4 mois. Il est classé dans la rubrique Exposition permanente | Four à chaux Pierre Méralikan et a été consulté 154 fois.
N'hésitez pas aussi à faire un tour sur Twitter, Flickr, Google+, YouTube ou encore Facebook pour d'autres news. Une information, une correction, un complément à ajouter ? Contactez-nous via notre formulaire dédié.