Incendies du Maïdo : visite du ministre des Outre-mer sur le site

Ce matin, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu s’est rendu sur le site de l’incendie du Maïdo. Fraîchement débarqué de l’avion, c’est en hélicoptère qu’il est arrivé aux alentours de 11h sur le parking des kiosques situé aux abords de la route forestière. Il a été accueilli notamment par Mme Huguette Bello, maire de Saint-Paul et Mr Emmanuel Séraphin, président du TCO.

A quelques centaines de mètres de là, les allers-retours incessants des hélicoptères, transformés en bombardiers d’eau, lâchent inlassablement leur cargaison afin de contenir la propagation du feu.

Près de 200 hectares ont été ravagés par les flammes

La maire de Saint-Paul et le président du TCO ont pu échanger avec le Ministre et lui faire part de leurs craintes quant à la gestion de ce sinistre et de leurs requêtes.

Ils ont pu ainsi pointer du doigt les différents problèmes de ressources et de logistique jusque là rencontrés.

“Après l’incendie de 2011, 35 mesures avaient été prises et devaient permettre de ne plus revivre ces incendies”, a indiqué Emmanuel Séraphin.

Même si certaines mesures ont en effet été mises en oeuvre, il reste encore beaucoup à faire comme par exemple augmenter le nombre de retenues collinaires d’eau et mieux les positionner, “les étager” afin qu’elles soient accessibles. M. Séraphin a également souligné la catastrophe écologique et touristique engendrée par ces incendies.

C’est un site hautement touristique qui a été ravagé par les flammes et nul ne peut savoir aujourd’hui le temps qu’il faudra à le reconstruire, à le réhabiliter.

De son côté, Mme Bello a fait part de son inquiétude quant au réapprovisionnement de l’île en “retardant”, cette substance permettant de freiner la propagation du feu. Crainte vite dissipée par la promesse du Ministre d’une arrivée imminente, tout comme les 80 pompiers annoncés en renfort.

La magistrate a félicité le “travail formidable des pompiers, leur engagement, leur persévérance et leur courage, qui ont permis de contenir cet incendie” évitant ainsi l’embrasement des tamarins et des lézards endémiques (lézard des hauts, lézard vert).

Le maintien du Dash à La Réunion pour une période de trois ans permettra de gagner en rapidité d’intervention.

Cet article vous a-t-il été utile ?

[Total : 0   Moyenne : 0/5]


Cet article a été publié le , il y a 2 semaines. Il est classé dans la rubrique Actualités du Territoire de la Côte Ouest, Communiqués & infos pratiques et a été consulté 67 fois.
N'hésitez pas aussi à faire un tour sur Twitter, Flickr, Google+, YouTube ou encore Facebook pour d'autres news. Une information, une correction, un complément à ajouter ? Contactez-nous via notre formulaire dédié.