Election de Michel Dijoux, président du Conseil de Développement du TCO

Voilà plus de 10 ans que le Conseil de Développement du TCO était en sommeil et n’avait pas été sollicité pour donner son avis sur les projets de la communauté d’agglomération de l’Ouest. Le 18 octobre dernier, les élus communautaires ont validé à l’unanimité la proposition d’Emmanuel Séraphin, président du TCO, de relancer l’activité du Conseil de Développement. Cette instance participative sera en effet plus que nécessaire à la construction des futurs projets de l’agglomération.

Rassemblant les acteurs économiques, socio-professionnels, culturels, sportifs, mais aussi du monde de l’éducation, de la formation, de l’insertion et de l’environnement, le Conseil de Développement va jouer un rôle majeur aux côtés des élus du TCO, concourant ainsi à l’ambition de revitaliser la démocratie locale. L’objectif de la participation citoyenne est avant tout d’améliorer la qualité des décisions publiques au service de l’intérêt général.

Elections au conseil de développement

A l’issue du vote à bulletin secret, c’est Michel Dijoux qui a été élu président du CODEV.

Les autres membres du Bureau sont :

  • Mme Carole Wilpotte et M. Emmanuel Tamaya (collège du monde économique)
  • François Cuvelier et M. Gilles Cailleau (collège du monde associatif)
  • Mme Françoise Wong Pin et M. Thierry Grimaud (collège du domaine de l’éducation, de l’insertion et de la formation)
  • Gilles Ham-ChouChong et Mme Karine Pothin (collège d’experts)
  • Michel Séraphine (personnalité qualifiée)

A noter également la participation de M. Abdéali Goulamaly, ancien président du conseil de développement du TCO, qui a été nommé président d’honneur de ce nouveau Codev.


Cet article vous a-t-il été utile ?



Cet article a été publié le , il y a 2 mois. Il est classé dans la rubrique Actualités du Territoire de la Côte Ouest et a été consulté 244 fois.
N'hésitez pas aussi à faire un tour sur Twitter, Flickr, Google+, YouTube ou encore Facebook pour d'autres news. Une information, une correction, un complément à ajouter ? Contactez-nous via notre formulaire dédié.