Dengue à La Réunion : activation du niveau 3 du dispositif ORSEC et mobilisation de tous les acteurs


Note

Cet article a été publié il y a plus de 7 mois. Les informations qu'il vous propose ne sont peut-être plus à jour.

Ce mardi 27 mars 2018, le préfet de La Réunion, en concertation avec le directeur général de ARS Océan Indien, a décidé d’activer le niveau 3 du dispositif spécifique ORSEC de lutte contre les arboviroses : « Épidémie de faible intensité ».

 

C’est dans ce cadre que l’ensemble des partenaires institutionnels ont été conviés lors d’un Groupement d’Intérêt Public – Lutte Anti-Vectorielle (GIPLAV), afin de mobiliser et coordonner des moyens importants pour contenir le développement de l’épidémie sur l’ensemble du territoire.

La situation dans l’île

Au cours de la semaine dernière (du 19 au 25 mars), 154 cas de dengue ont été confirmés, portant à 588 le nombre total de cas autochtones signalés en 2018. L’épidémie de dengue en cours se poursuit dans l’Ouest et s’étend au Sud.

Les secteurs de l’Ouest touchés sont : Saint-Paul, Gare routière et Étang (35 cas), Bois de Nèfles et La Plaine (29 cas), La Possession (11 cas), Le Port (3 cas), Saint-Gilles-les-Bains (29 cas), Saint-Gilles-les-Hauts (4 cas), La Saline (3 cas), Saint-Leu (5 cas).

Que signifie exactement le « Niveau 3 » ?

Le niveau d’alerte 3 correspond à une « Épidémie de faible intensité ». Il prévoit de limiter la propagation géographique de l’épidémie par la mise en œuvre d’une coordination renforcée des acteurs de la lutte contre les moustiques, le recours à des moyens supplémentaires dans les zones de circulation et le maintien des interventions sur les cas isolés.

Il fait appel à la mobilisation des collectivités locales, et particulièrement des communes et intercommunalités, au regard de leurs missions de salubrité publique et de prévention auprès de la population ; il permet de recentrer les actions de l’ARS sur l’adaptation de la stratégie de lutte, la programmation des actions de terrain, et l’intervention globale sur les zones de forte circulation et les cas isolés.

Il s’appuie également sur d’autres partenaires comme les services du SDIS, la Croix Rouge et un ensemble d’associations impliquées dans la lutte contre les moustiques et les maladies vectorielles.

Les différents acteurs renforcent leurs moyens de mobilisation

La sensibilisation et la mobilisation active de l’ensemble de la population, mais également des collectivités locales est nécessaire pour parvenir à maîtriser l’épidémie. Les moyens humains et les actions de lutte sont accrus :

  • renforcement des effectifs du service de lutte anti-vectorielle de l’ARS OI
  • mobilisation du SDIS
  • renforcement des actions de salubrité publique de niveaux communal et intercommunal dans les zones de circulation virale
  • contrôle hebdomadaire et la suppression des gîtes larvaires dans l’enceinte des bâtiments communaux, crèches, écoles, collèges, lycées, sous la responsabilité des collectivités locales
  • plan de communication assurant l’information et la mobilisation de la population sur les gestes de prévention

Dans l’Ouest, dans le cadre de la lutte contre la dengue, le TCO renforce les fréquences de collecte des déchets notamment avec :

  • des moyens supplémentaires déployés depuis le début de l’été austral pour ramasser les dépôts sauvages, mobilisés prioritairement au niveau des quartiers touchés par un foyer de dengue
  • des collectes de déchets végétaux et d’encombrants exceptionnelles sur l’ensemble du territoire
  • un doublement des fréquences collecte des encombrants dans les zones les plus à risques
  • des opérations de « vide fond de cour » sur les communes
    • depuis début mars dans différents quartiers de Saint-Paul
    • du 3 au 6 avril sur Le Port (Rivière des Galets)
    • du 9 au 25 avril sur Saint-Leu
  • une opération de collecte exceptionnelle de pneus usagés

Au besoin, les médiateurs de l’environnement du TCO viennent également en appui des équipes de médiation de l’ARS et des communes pour assurer l’information et la prévention, au plus proche de la population.

Pour votre santé, suivez ces recommandations importantes !

Il est rappelé à tous l’importance de mettre en œuvre les gestes de prévention, en particulier les habitants des zones touchées :

  • Éliminez les récipients en eau autour de votre habitation ;
  • Éliminez les déchets pouvant générer des gîtes larvaires ;
  • Protégez-vous des piqûres de moustiques ;
  • Consultez impérativement votre médecin, en cas d’apparition de symptômes de la maladie (apparition brutale de fièvre éventuellement associée à des maux de tête, douleurs musculaires, éruptions cutanées, nausées, vomissements, saignements ou fatigue) et continuez à vous protéger des piqûres de moustiques.

Cette lutte collective est le moyen le plus efficace pour endiguer l’épidémie

► + d’infos : www.ocean-indien.ars.sante.fr

► Plaquette d’information à télécharger « Tout ce qu’il faut savoir pour s’en protéger »


Vous avez apprecié cet article ? Partagez-le avec vos amis :


Cet article a été publié le , il y a 7 mois. Il est classé dans la rubrique Communiqués & infos pratiques et a été consulté 379 fois.
N'hésitez pas aussi à faire un tour sur Twitter, Flickr, Google+, YouTube ou encore Facebook pour d'autres news. Une information, une correction, un complément à ajouter ? Contactez-nous via notre formulaire dédié.

Application Mobile TCO Agglo

Lettre d’information

Restez au plus près de l’actualité du Territoire de la Côte Ouest.


Abonnement SMS

Recevez par SMS les informations importantes du TCO relevant de ses domaines de compétences

S'il vous plaît patienter ...