Autrefois appelé Boucan Laleu ou Repos Laleu, Saint-Leu doit son nom au premier marin qui s’installa dans cette région. Ce n’est qu’en 1776 que la paroisse puis le quartier sont baptisés “Saint-Leu”. Le 1er janvier 1770, Saint-Leu devient une commune à part entière.

dsc_8280

Dans les années 1800, Saint-Leu se hisse au second rang de producteur de café et de bovins de l’ïle. Fin 1800, se développent les grands domaines fonciers et l’industrie sucrière. Plusieurs usines sont alors créées : Stella Matutina, le Portail… Jusqu’en 1950, on cultive également à Saint-Leu le géranium.

C’est à Saint-Leu qu’éclate en 1811 la première grande révolte des esclaves.
Commune à vocation rurale, Saint-Leu se tourne peu à peu vers le tourisme.

À mi-chemin entre Saint-Denis et Saint-Pierre, Saint-Leu voit s’accentuer de plus en plus sa vocation balnéaire et résidentielle. Plusieurs projets d’envergure ont été menés à terme comme la réalisation de la voie de contournement de Saint-Leu ainsi que la restructuration du centre ville.

Au-delà du tourisme, Saint-Leu est mondialement connue grâce à son spot de surf (la “gauche” de Saint-Leu est en effet une vague appréciée de tous les surfeurs de la planète) et au Championnat du monde de parapente. De nombreux centres de formation permettent à tous de s’initier aux techniques de la glisse.

D’autres activités présentes à Saint-Leu, font de cette commune une région incontournable pour tous les amateurs de sports (parapente, plongée sous-marine, pelote basque, …) et de culture (festivals, concerts, théâtre, …).

Appréciée pour la beauté de ses paysages, pour ses nombreuses activités et équipements, Saint-Leu entend poursuivre son développement touristique et balnéaire et mise également sur une ascension économique prometteuse.