Présentation synthétique des déchets à la Réunion

30 octobre 2018
Team TCO

Cet article a été écrit par les élèves accompagnés de leurs enseignants, dans le cadre des projets Lékol’O - Réduisons nos déchets organiques sur le territoire de la côte Ouest.
×

 

A la Réunion, nous produisons, comme tout le monde beaucoup de déchets…

Plus de 500 000 tonnes uniquement pour les ménages et les activités économiques associées aux ménages (commerces de proximités, métiers de bouche et hôtels, établissements scolaires et administratifs, etc).

 

Nos déchets, c’est quoi ?

En termes usuels, ce sont les emballages, les encombrants, les restes de repas, le gaspillage alimentaire, les déchets végétaux, l’électroménager, etc. En gros, tout ce qui finit dans une poubelle, en déchèterie ou (malheureusement) sur le bord des routes.

En terme technique, nous séparons les déchets selon les types de collectes. Chaque collecte correspond à un ou plusieurs flux de déchets. Chaque flux a un ou plusieurs exutoires répartis. Certains étant recyclés, d’autres enfouis…

Beaucoup de ces déchets ont des filières dédiées, c’est-à-dire un système de gestion (collecte puis traitement) qui doit permettre leur recyclage. Malheureusement, tous n’intègrent pas leur filière et certains déchets n’en ont tout simplement pas…

Dans quelle proportion produisons-nous ces déchets ?

Répartition des déchets par flux

Source: Données 2016 de l’Observatoire déchets de la Réunion

 

On observe bien la part prépondérante des ordures ménagères résiduelles (OMR) dans les flux de déchets produits. Nos poubelles, si souvent vidées, pèsent presque aussi lourd que tous les autres déchets que nous générons (en incluant les véhicules hors d’usage).

Voilà donc, le modèle prépondérant sur la Réunion actuellement:

 

En moyenne, chaque réunionnais produit 600 kg par an de déchets…

Répartition des déchets par matière

40% de nos déchets sont des matières putrescibles également appelées déchets organiques. Ceci explique l’orientation donnée par la collectivité dans le cadre des projets Lékol’O!

Une grande partie (25%) provient de nos jardins sous la forme de déchets végétaux. L’autre partie (15%) est constitué de restes alimentaires, et de déchets de préparation (épluchures de fruits et légumes, marc de café, etc).

 

Et en matière de recyclage, on en est où ?

70% de nos déchets sont enfouis contre 30% qui sont recyclés.

Ci-dessous le détail par flux.

Source: Données 2016 de l’Observatoire déchets de la Réunion

 

A noter que les déchets de la poubelle jaune ne représentent que 7% des déchets que nous produisons (dont 30% retournent à l’enfouissement à cause du non respect des consignes de tri et de déchets sales qui souillent les déchets propres).

Les encombrants et les ordures ménagères sont très difficiles à recycler parce qu’ils sont composés de matériaux très divers…

A la Réunion, les 70% de déchets non recyclés finissent à l’enfouissement.

Focus sur les ordures ménagères résiduelles (OMR)

Dans nos ordures ménagères finissant à l’enfouissement, la part des déchets pouvant être recyclés ou compostés est très importante. En effet, si le geste de tri était appliqué par tous :

  • 1/3 des déchets pourrait aller en centre de tri, pour être conditionnés avant l’export pour être recyclés.
  • 1/3 des déchets pourrait être compostés ou gérés in situ avec un composteur domestique, grâce aux poules, avec des machines adaptées pour les gros producteurs de déchets organiques.
  • 1/3 des déchets finirait à l’enfouissement. Des alternatives devraient alors être trouvées pour éviter ces produits non (ou trop difficilement) recyclables . C’est le cas de nombreux emballages plastiques qui ne peuvent pas être recyclés au vu de la diversité des matières plastiques existantes et des difficultés de les trier.

 

Il y a donc encore des marges de manoeuvre! Gérer les déchets organiques est une des approches.